agent pathogène

du bien-être.

J’ai 30 ans aujourd’hui et j’ai peur.
J’ai peur de voir passer la vie trop vite. Car, quand je pense à mes 20 ans, je ne sais pas où j’ai mis ces 10 années!
10 ans de vas-et-viens entre la découverte d’autres horizons et d’autres humains, qui finissent toujours par ramener à la découverte de soi.

J’ai 30 ans aujourd’hui et j’ai peur.

J’ai peur de voir passer la vie trop vite.

Car, quand je pense à mes 20 ans, je ne sais pas où j’ai mis ces 10 années!

10 ans de vas-et-viens entre la découverte d’autres horizons et d’autres humains, qui finissent toujours par ramener à la découverte de soi.

10 ans d’aigre-doux aux goûts de grandes ambitions et de peurs de ne jamais être à la hauteur (de quoi d’ailleurs?!).

10 ans de hauts et de bas avec un goût prononcé pour les hautes exigences et les basses prévoyances.

10 ans de gauche à droite, entre la certitude et l’inquiétude, entre la passion et la raison, entre hier et demain.

J’ai peur de constater que rien ne s’est passé comme prévu (prévu par qui d’ailleurs?!).

Ou d’avoir peut-être enfin appris à ne plus trop prévoir…

J’ai peur de manquer des occasions d’évoluer, de passer à côté de l’essentiel, de prendre les mauvaises routes, de ne pas relever les bons défis, des conséquences de tous ces choix.

Mais j’ai 30 ans aujourd’hui et j’ai très envie de vivre la suite

Parce que je sais maintenant que la peur fait aussi partie du package. Qu’avec la joie ou la tristesse, l’incertitude et la conviction, elle fait partie de la palette émotionnelle. Et que devenir adulte, ça n’a rien à voir avec la dizaine que l’on fête, mais plutôt avec l’accueil que l’on sait offrir à nos émotions. Les voir arriver, les accepter, les apprivoiser, leur faire une place au creux de notre ventre, pour en tirer le meilleur.

J’ai très envie de passer les 10 prochaines années à tirer la leçon de chaque seconde, à pousser toujours plus de portes, à faire confiance à la vie.

Laisser plus de place à la tendresse, encourager la sérénité, apprécier l’erreur, apprivoiser l’instant présent.

J’ai 30 ans de choses à raconter, dans  un monde qui, chaque minute, gagne 10 ans d’innovation et de surprises.

Ma première vraie ride entre les sourcils  (cette fois, plus moyen de l’ignorer) me dit que la clé c’est de vivre, ici et maintenant. Plus dans les questionnements d’hier, plus dans les inquiétudes de demain, mais dans la gratitude d’aujourd’hui.

Alors, j’ai 30 ans aujourd’hui et je profite de cette chance, de cet instant précieux

Ce moment où je sais, je sens, que tout est au plus juste. Que les cycles ont leurs raisons d’être; que la vie, sous ses grands airs, ne fait rien pour rien.

Je sais que les 30 suivantes seront autant d’opportunités de vivre pour les bonnes raisons; de croire au présent, d’incarner les changements et de sourire à l’intérieur pour mieux rire à l’extérieur.

Je remercie les 30 passées d’avoir bâtit mon identité, d’avoir chancellé parfois, de m’avoir surprise, de m’avoir appris. Et j’investis dans les 30 futures, je mise tout sur elles. Je les mets au profit de l’allégresse, de la conscience et de la congruence.

All in sur la joie, la reconnaissance, l’optimisme, la gratitude, la confiance.

Et je regarde les gens passer, je saisis les opportunités, je me pardonne, je me cajole.

Et je me dis que plutôt que de compter les années, nous devrions compter les inspirations, les mercis, les sourires et les baisers.

Agnès

nous avons piqué votre curiosité?

contactez-nous!